L’école des maris, une école qui obtient des résultats

Dernières modifications : 04-Nov-2017

Une « Ecole des maris » encourage les nigériens à améliorer la santé de leur famille. (résumé de l’article du 20/04/2011 du Fonds des Nations-unis pour la population (UNFPA )

Une réponse innovante pour surmonter un obstacle socioculturel

Membres d’une École des maris à Bandé. Photo : NFPA/Niger

137 de ces écoles ont été établies dans la région de Zinder dans le sud du Niger tandis que d’autres ouvriront ce mois-ci dans les régions de Maradi et de Tahoua dans l’ouest du pays. Elles constituent une réponse stratégique aux mauvais indicateurs de santé maternelle et des nouveau-nés dans l’un des pays les moins développés au monde

Toutes les deux heures, une Nigérienne mourrait en donnant la vie. La plupart des femmes accouchent à domicile et très peu d’entre elles utilisent un moyen de contraception, bien que les soins de santé reproductive soient dorénavant gratuits, y compris les césariennes et la planification familiale.

Au Niger, conformément à la tradition et aux codes juridiques, ce sont les hommes qui exercent le pouvoir. La plupart des femmes sont illettrées (74 pour cent) et déjà mariées à l’âge de 18 ans (80 pour cent), souvent sans leur consentement. Les violences à l’encontre des femmes sont courantes et largement tolérées.

Une enquête menée en 2007 par l’UNFPA/Niger a identifié la domination et les attitudes des hommes comme étant un des plus grands obstacles empêchant les femmes de bénéficier des soins de santé reproductive. Lancée cette même année, l’École des maris ambitionne de changer les choses.

La dynamique de groupe encourage l’évolution des attitudes et des comportements

Les membres de l’école se réunissent, recherchent des solutions en s’appuyant sur leurs propres connaissances et expériences ou sur celles des personnes-ressources, telles que le personnel de santé. La dynamique de groupe donne à ses membres l’occasion d’observer différentes perspectives de la santé maternelle et sert d’instrument pour favoriser les changements d’attitude et de comportement.

Certaines écoles travaillent également en collaboration avec un groupe de soutien féminin en vue de faciliter davantage la communication avec les femmes et la découverte de solutions..

Enfin, le fait que ces écoles bénéficient de l’appui des autorités officielles ainsi que des chefs traditionnels et religieux, constitue un facteur important de leur succès

Une école qui obtient des résultats

Le recours aux services de planification familiale a triplé. Le nombre d’accouchements en présence de personnel de santé qualifié a doublé. Enfin, selon les chiffres du centre de santé intégré de Bandé, le taux de consultation prénatale est passé de 28,62 pour cent en 2006 à 87,30 pour cent en 2010.

Évolution de la dynamique au sein du mariage

L’évolution du dialogue observé au sein des couples est tout aussi importante, de même que la plus grande prise de conscience de l’importance de la santé des femmes et la plus grande considération accordée aux opinions et aux besoins des femmes.

Le gouvernement du Niger s’est engagé formellement à soutenir l’initiative du secrétaire général de l’ONU en faveur de la santé des femmes et des enfants afin d’accélérer la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.