Des nouvelles du projet de la cuisine au gaz

Dernières modifications : 17-Mai-2021

De 2017 à 2019, 350 familles (2450 personnes) sont passées de la cuisine au bois à la cuisine au gaz grâce à la mise en place de prêts qui permettent d’acheter le Kit gaz composé de la bouteille de stockage et du réchaud sécurisé. Cela correspond à une économie annuelle de 90 tonnes de bois et une économie de 10 € par famille et par mois, soit 55% de réduction. Du point de vue environnemental, l’économie est de 7,5 tonnes de bois par mois pour les 350 familles.

Le fonds de garantie de 3 000 € n’ont pas été entamés. Seules les personnes salariées ou pensionnées, domiciliées à la Mutuelle ont pu bénéficier de prêts. Cette condition est une limite au développement, limite qui a été renforcée par l’obligation récente du versement des salaires des contractuels de l’État sur un compte à la Poste qui ne permet plus la domiciliation à la Mutuelle. Dans ces conditions, le nombre de prêts s’est beaucoup réduit ses derniers mois, d’autant que les petits commerçants, les restaurateurs et surtout les populations rurales en sont aussi exclus.

AVANT

APRÈS

 

L’ouverture à Doutchi d’une entreprise de remplissage direct des bouteilles de gaz, la société SONIHY,  qui a recruté 4 jeunes résidents de la commune est une retombée très positive de ce programme. Il faut y ajouter la création d’emplois permanents à travers l’ouverture de neuf dépôts de vente pour les recharges de gaz dans toute la ville.

À côté de la lutte contre la déforestation, le passage à la cuisine au bois a libéré du temps et de la fatigue aux femmes dans leur vie de tous les jours.

Perspectives

Il est important de toucher aussi les populations rurales qui n’ont comme revenu que les produits agricoles saisonniers. Cette tranche de la population étant la plus importante, il sera nécessaire de mener une opération test dans certains villages pour évaluer comment les populations vont accueillir cette initiative. En raison de l’analphabétisme dans les régions rurales, la campagne de sensibilisation devra être adaptée. Cela supposera de nombreux moyens logistiques, humains et financiers pour prendre en charge les séances d’initiation.

Le risque financier sera amplifié en raison de la rotation plus lente des prêts, un an au lieu de trois mois et des difficultés à rembourser pour certains. Mais ce sera le prix à payer pour prévenir la destruction de l’équilibre écologique résultant de la consommation du bois vert. Une solution afin d’étendre l’acquisition de Kit gaz, tout en limitant les risques, serait de coupler les prêts avec ceux sur les champs pilotes dont le remboursement se fait en sac de mil.