Mauvaise saison agricole 2015

Dernières modifications : 24-Mai-2017

Les récoltes 2015  ont été mauvaises en raison de pluies très mal réparties : quelques pluies fin mai puis longues périodes de sécheresse entre les pluies, pluies alors très violentes entraînant le lessivage des graines. Certains agriculteurs ont dû semer 3 fois. Rendements 2 fois moins importants qu’habituellement.

Le programme champs- école a aussi été perturbé. En effet, la récolte 2013, vendue en 2014, n’ayant toujours pas été payée complétement en 2015, les agriculteurs n’ont pas obtenu les prêts nécessaires à l’achat d’engrais. Ils ont néanmoins pu acheter des semences sélectionnées et leur rendement est le double des autres.

Il y aura un déficit. Le maire, Samaïla Adamou, anticipe le problème de soudure alimentaire et demande dès maintenant une aide du gouvernement. Le gouvernement évite la flambée des prix au moment de la soudure par une distribution à bas coût à partir du mois d’avril.

La société qui avait acheté la récolte 2013 a été assignée au tribunal et condamnée à payer le breastfeeding mothers logo mother breastfeeding her baby mother breastfeeding her baby source abuse report restant dû en mensualités échelonnées sur 4 mois. On espère que le problème des impayés va ainsi être résolu et que le système de prêt pour les engrais va reprendre en 2016.

En parallèle, un atelier de compostage sera implanté dans deux nouveaux villages grâce au don de 500€ récolté par la manifestation « The Meal », organisée par Artisans du Monde à Bures-sur-Yvette en 2015.

La culture du niébé semence se développe. Sa valeur marchande de ce petit haricot est plus élevée, d’autre part c’est une culture qui ne demande pas d’engrais azoté et c’est un aliment riche en protéines. Le problème de conservation a été résolu grâce à des sacs adaptés empêchant l’entrée des insectes parasites.

Cependant le mil reste l’alimentation principale.

Le ravinement qui s’est produit cette année a gravement endommagé plusieurs champs  au point de fortement pénaliser les récoltes. La question se pose de l’entretien des diguettes et cordons pierreux qui limitent l’érosion.